De « Tu te fais du mal pour rien » à « Non, je me fais du bien »


 

De « Tu te fais du mal pour rien » à « Non je me fais du bien »

« Tu te fais du mal pour rien ». Tous les coeurs à l’abandon, volontaire ou pas, ont reçu ce genre de marque d’affection ! Cela vous dit quelque chose ? Vous l’avez sûrement dit (n’est-ce pas ?) tant nous nous sentons démuni(e) face à la détresse de la personne, de l’ami (e) qui vous fait face, en larmes et en colère.

Amour ne rime pas avec Toujours. D’ailleurs, en versification, ce sont des rimes pauvres. De là à en déduire quoi que ce soit, je ne sauterai pas le pas, je vous laisse cette gymnastique. Évidemment, il y a toujours des exceptions à la règle et je reste admirative devant la longévité des sentiments. Entre nous, quel est donc ce secret du bonheur qui échappe aux 99 % restants ? (pourcentage subjectif) ☺

Si le coeur et l’âme saignent quand l’autre part, le temps est un baume et la mémoire un centre de tri formidable… Mais ça, sur le moment, qui est apte à le comprendre ?

Personnellement, j’aime la mélancolie et la nostalgie : la mélancolie du beau (j’appelle ça comme ça) n’a rien d’une tristesse à partager bien au contraire elle ouvre la journée à d’autres sourires, à d’autres joies, à d’autres amours aussi, pourquoi pas…

Je me souviens d’un échange où mon interlocuteur me disait que le coeur était assez grand pour y loger toutes nos amours passées, mortes, présentes (cela sous-entendait, pour moi, futures aussi) ; seule l’intensité variait, les degrés d’amour étant bien différents dès lors qu’il s’agissait d’ascendants, de descendants, d’amis, etc… cela va de soi. A l’époque, je trouvais cela révoltant de savoir qu’un jour, peut-être (sûrement), je me retrouverais sur une étagère au fond d’un coeur 😨 et pensais qu’un amour si grand, si fort devait, au contraire, écraser les autres pour y prendre toute la place. J’ai revu ma position depuis (ne pensant n’avoir jamais eu droit à  ne serait-ce qu’un petit bout d’étagère ☺ ) mais le plus important est ce que peut contenir son propre coeur et comment on appréhende ses souvenirs.

 

 

« Non, je me fais du bien » arrive plus tard, après les larmes, les cris et l’incompréhension. Il n’est rien de plus merveilleux que de s’immerger dans les souvenirs heureux et d’autant plus quand l’histoire fut si riche, tellement riche… et belle, tellement belle !

Et vous, comment gérez-vous les departs ?

❤❤❤

Publicités

45 commentaires sur “De « Tu te fais du mal pour rien » à « Non, je me fais du bien »

Ajouter un commentaire

  1. Bonsoir, je ne saurais te répondre , mon mari et moi , nous sommes mariés depuis 1959, j’avais 18 ans et lui 5 ans de plus, de l’amour , je t’assure que celui que l’on se porte est solide, il a réussi l’épreuve du temps et des tentations, la seule chose dont j’ai peur maintenant c’est la séparation définitive, c’est à dire la mort , pour le reste , des engueulades, je ne suis pas très commode!!! mais une infinie tendresse a pris la place de la passion, voilà. Bonne soirée MTH

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Marie…

      Il y a des unions solides fort heureusement cela rassure sur le fait que hommes et femmes si différents réussissent à vivre ensemble plus que se côtoyer… l’amour a des pouvoirs c’est certain mais les caractères de chacune des personnes également… faut-il en ce cas être complémentaires ?

      Je te remercie pour ton témoignage et te souhaite une belle journée ❤

      J'aime

  2. Non je ne suis pas volage du tout et de surcroît croyant et pratiquant. Je voulais dire que les aléas de la vie m’ont souvent privé des personnes à qui je tenais. Au lieu de me lamenter sur mon sort j’ai gardé ce qui pouvait enrichir ma vie future pour rendre plus agréable l’opportunité des partages avec l’autre (amour, amitiés, fratrie, parents, enfants, oeuvres de charité ).En quelque sorte aimer et semer l’amour le vrai qui positive notre humanité. Excellente journée pleine de lumière Michèle

    Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir Michèle. Je ne me crois pas capable de vivre le grand amour. je trouve presque ridicule de s’engager corps et âme dans une relation qui sera vouée à l’échec avec le temps. La séparation est inéluctable. Chaque rupture représente pour moi une pièce du grand puzzle qu’est ma vie que je construis année par année sur des fondations fragilisées par la précarité de l’âge et d’une fin soudaine et inattendue qui peut intervenir à tout moment. J’aime l’idée de positiver notre quotidien que tu suggères plus haut. Bonne fin de soirée Michèle;

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour charef

      Serais-tu un grand pêcheur devant l’Eternel ?

      Plus sérieusement, le grand amour ne se décide pas… il prend par surprise et le corps et l’âme fusionnent… contre toute volonté. L’âge et la santé ne pèsent pas grand chose face à l’amour et mieux vaut, (ce n’est que mon avis hein il vaut ce qu’il vaut), aimer à corps et à coeur perdus le temps qu’il nous reste de souffle que de s’interdire d’aimer vraiment (pas de manière volage j’entends) par peur de voir voler la relation et/ou la vie en éclats.

      Merci d’avoir donné ton avis. J’apprécie.

      Je te souhaite un bon week-end ☺

      Aimé par 1 personne

  4. Un très belle article Michèle et une bonne question. En premier j’ai vibré avec la chanson de Charlotte et ressenti une vive émotion. Je peux dire que je n’ai jamais dit « tu te fais du mal pour rien » car je reçois très mal cette phrase alors je m’abstiens donc de prononcer ces mots. Il y a des départs qui sont si douloureux que l’on pense que notre vite s’arrête là et que nos larmes sont abondantes. Mais avec le temps on s’aperçoit qu’il faut laisser aller ses larmes, que l’on en a besoin pour exhorciser la douleur. Et quand au grand départ qui nous laisse dans la plus grande détresse, le temps fait son oeuvre et nous restent les souvenirs, les photos.. Et les souvenirs sont des richesses qui nous font grandir car il ne faut garder que les plus beaux.
    Bonne journée Michèle

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour Michèle, pour ma part je dirais que je laisse du temps s’écouler et que je suis mon propre rythme plus ou moins chaotique selon les émotions qui me parcourent, le « tri » vient ensuite. Complètement d’accord avec cette nostalgie particulière des souvenirs heureux bien que passés qui permettent aussi de se rappeler que on est capable de sourire et de partager de beaux instants. Après chaque rupture est différente, je n’en ai pas connu deux pareilles, mais on évolue, on se connaît mieux aussi. Si ma dernière en date a été douloureuse elle ne m’empêche pas de garder une tendresse particulière vis à vis de cette relation, non pas par espoir de la recommencer mais simplement parce que de jolies choses ont été partagées, et que quoiqu’il en soit aujourd’hui, ces instants sont des cadeaux de nos hiers. Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Marianne,

      Je suis ravie de constater que nous avons une approche similaire.

      Pourquoi toujours vouloir jeter le bébé avec l’eau du bain selon la formule consacrée…

      Je te remercie infiniment pour ta réaction et te souhaite une belle soirée

      Bises

      Aimé par 1 personne

  6. De toutes façons, on ne peut pas retenir quelqu’un qui veut partir…. qui parfois est déjà parti tout en étant là. Alors gérer, ce n’est pas le mot qui me vient. Pour ma part, je fais ( je ferais) comme je peux. Je pense ( avec l’expérience) que la priorité c’est de s’épargner des souffrances… Oui, parce que maintenant je sais qu’avec le temps…. Mais bon, ce je pense aujourd’hui n’est pas forcément ce que je penserais demain si je devais faire face à cette situation. Une chose dont je suis sûre: je ne suis pas trop du genre à regarder en arrière. Mais bon, chaque histoire est différente… Et le bonheur se reconnaît au bruit qu’il fait en partant. Et ça, ce n’est sûrement pas facile à vivre sur le moment…
    😘💗

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Solène et j’ajouterai aimer c’est laisser partir l’autre… étonnant cette envie de possession, c’est voué à l’échec de toute façon à plus ou moins long terme.
      Je suis d’accord avec toi et je ne te paraphraserai donc pas.

      Je te remercie néanmoins pour ta participation et si nos échanges peuvent aider quelqu’un, cela n’aura pas été vain.

      Je te souhaite une belle fin de journée
      Bisous
      ❤👍

      Aimé par 1 personne

      1. Tu as raison, si cela peut aider quelqu’un… En même temps, toi et moi avons acquis une certaine sagesse, mais justement nous savons que ce n’est pas si évident que cela à vivre quand il s’agit d’un premier vrai chagrin. Et on aura beau dire tout ce qu’on veut, la personne est peut-être persuadée qu’elle n’en se remettra pas ;-).Cela dit, j’apprécie ces échanges. Et ils peuvent au moins éclairer ♡

        Aimé par 1 personne

  7. Coucou …
    « Gérer » un départ n’est pas chose aisée étant donné que les sentiments eux-mêmes sont pratiquement ingérables. Une situation n’étant pas l’autre, il n’existe pas de règle en la matière. J’ai vécu un départ après 20 ans de vie commune, qui était plus « facile » que le départ après une passion d’à peine 3 mois. Dans les deux cas c’était la fin d’une histoire, l’extinction de sentiments … Ce n’est pas pour cela que c’est facile, mais le temps fait très vite son oeuvre. Personnellement je ne suis pas une adepte des étagères qu’on dépoussière de temps en temps, histoire de se souvenir … Next !
    Bizouxxx … 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Toi 😄😄

      Chacun appréhende différemment les séparations et plus vite elles sont comprises plus vite le temps se charge d’ondes nouvelles, d’ondes positives… Tu l’illustres parfaitement.

      Tu me diras, dis, ton next (pas de faute, pas ton ex) ☺😆😆

      Bel aprem

      Bisous

      J'aime

  8. Bonjour
    Ton post me fait remarquer que Jai tres svt quitté plutôt que quitter..
    Je me rends compte que ca m’évitait certaines douleurs
    Jai quand même connu certaines ruptures douloureuses (dans MON cas je me rends compte que c’était orgueilleux)
    Puis a 28ans ca a changé et je n’ai attendu/espéré la femme de ma vie que Jai rencontré à 40ans
    😁

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour mixate et bienvenue
      Chacun réagit bien souvent selon son vécu sentimental. Se protéger contre la douleur est un réflexe bien naturel il me semble.
      Tu as rencontré celle avec qui tu t’épanouis et ça c’est le top ☺
      Bonne journée

      Aimé par 1 personne

  9. En plein dans le mille !!! Je vais signer dans quelques jours des papiers de divorce qui vont mettre un point final à 27 ans de vie commune !!! Je peux te dire que je me trouve dans un état très bizarre avec cette impression de sentir que je vais tomber du nuage où je me réfugie pour essayer d’adoucir mon désarroi… Bien obligée d’être forte pour ne pas sombrer, mais il est bien difficile de cacher qu’un coeur blessé garde à jamais des cicatrices…Et en même temps j’ai une soif de vivre, histoire de ne pas perdre d’autres miettes du temps qu’il me reste…Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Graziella
      Je n’ai jamais connu ça mais je suppose qu’il doit être difficile de ranger 26 ans de vie commune. Il faut laisser le temps au temps. Je t’envoie un peu de courage et de douceur et n’oublie pas qu’il y a des oreilles et des coeurs prêts à t’écouter.

      Belle soirée
      Bisous

      J'aime

  10. Tu as raison pour la responsabilité d’un échec.Elle se partage.
    La réussite aussi.
    Je crois avec l’expérience que les hommes et les femmes sont faits pour vivre heureux
    mais pas ensemble.
    Ça ne concerne pas tout le monde mais c’est mon ressenti.
    Quoiqu’il en soit encore un bel article qui ouvre un intéressant débat
    Bonne soirée Michèle 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Eric
      Il y a tant de différences entre les deux sexes que vivre chacun séparé ne verrait que les bons côtés… certains ont besoin de l’autre toujours à portée de mains si je puis dire… si les 2 sont d’accord 😂😁
      Merci pour ton message.
      Je te souhaite une belle soirée 😄

      Aimé par 1 personne

  11. Avec philosophie comme tu le fais Michelle, je transcende le mal inattendu ou le chagrin, mais je compte sur le temps pour couvrir les blessures des deux côtés, je veux dire de l’un et l’autre. Apprendre aussi que l’amour est une lumière instantanée qui ne dure que le temps qu’on voudrait bien lui donner, donc le chérir continuellement et surtout lui lâcher du lest pour qu’il ne s’étrangle pas. bises philosophiques.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour bizak

      Oui, tu as parfaitement raison… laisser partir l’autre ou partir pour qu’il respire, c’est cela aimer…

      Ne pas oublier aussi que dans un échec on est deux et donner à chacun sa responsabilité, ne pas imputer à l’autre toute la responsabilité de sa propre douleur.

      Merci à toi l’ami et mes bises ☺

      J'aime

  12. Arf. Vaste sujet. Ce que je peux dire en te lisant c’est que j’ai toujours mal géré les départs, certains encore plus que d’autres. Il m’a fallu des années pour me remettre d’une relation qui allait dans tous les sens, on se quitte, on revient et on se requitte et on rerevient… Et puis un jour, après beaucoup de chemin à réfléchir, à m’énerver, à pleurer, j’ai tourné une page, certes avec difficulté et j’ai appris à revivre. Mais que cela fut long et difficile.
    Bises.
    P.S. Il paraît que je suis une écorchée vive. Mince?… 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Dédé

      On a du mal à lâcher prise je crois et l’inconnu fait peur surtout à partir d’un certain âge 😕
      Tu as raison… une fois la page tournée, la sensation de revivre doit être colossale.
      Ah une écorchée vive ? Je pense que toutes les personnes qui ont une plume greffée au bout des doigts ont cette particularité (ni qualité ni défaut)…

      Merci beaucoup
      Mes bises ❤

      J'aime

  13. Bonjour Michèle,
    La rupture d’avec mon premier mari fut une libération en quelque sorte…
    Cependant suivie de tristesse, de chagrin, d’incompréhension aussi. Je n’ai pas géré ce flot de sentiments négatifs qui m’emportait dans un trou noir…
    J’ai du apprendre à canaliser ma colère, à la gérer pour ne pas me détruire davantage et blesser mes filles. Quant aux souvenirs, ils ne sont pas des plus agréables dans leur ensemble.
    Je me suis fait du mal! Néanmoins « tellement de bien » après, en travaillant sur soi-même…
    Et la porte de mon cœur s’est ouverte à mon deuxième mari depuis 20 ans aujourd’hui et Dieu merci, nous nous aimons très fort.
    Le secret ? Confiance, respect mutuel, dialogue, joie, rire, liberté d’être, compréhension, compassion, projet commun etc….
    Voilà un petit peu de moi…
    Bonne journée Michèle
    Bisous ♥

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Lucia,

      Il faut relativiser je crois et peut-être se dire que ce qui devait arriver arriva. Pour cela il faut avoir toutes les réponses à nos questions ce qui n’est pas toujours le cas, malheureusement.

      Tu as retrouvé la joie de vivre et d’aimer sainement et ton cocktail d’amour me semble intéressant.

      Merci de t’être prêtée au jeu de la question-réponse… j’y suis très sensible ❤

      Bel après-midi
      Mes bisous

      J'aime

  14. Je gere tres mal les departs meme si ce fut ma volonté de partir. Ce fut une catastrophe a chaque fois, ou j’ai mis des années (oui des!) a m’en remettre et … encore je ne crois pas que j’arrive a me guérir: « how could something so bad comes from something that was so good » chante Springsteen….
    On vit avec ces coeurs, que l’on « range » a differents niveaux dans nos pensées, souvenirs.
    Belle musique encore; tres tres doux.
    Belle journee Michele. Bizzz

    J'aime

    1. Guten Morgen Carrie

      Je comprends que cela est difficile de se retrouver impair(e), de ne plus rien avoir à partager de doux et d’amer aussi mais suivant les capacités de « rangement » et non d’oubli de chacun, la douleur passe à l’apaisement puis au « bonheur » d’avoir vécu ces moments avec l’Autre.

      C’est plus difficile quand l’histoire a été terriblement belle mais on y arrive.

      T’en es où avec l’exam ?

      Bizzz ❤

      Aimé par 1 personne

      1. Fini, rate, je te mail…..
        J’ai du partir de mes relations car ca devenait malsain, mais je pensais pouvoir passer plus facilement a autre chose, mais… j’aimais toujours les personnes.
        Pour une il m’a fallu 3 ans, pour me dire que c’etait lui et non moi en tort et pour la derniere… arghhh ca c’est une autre histoire encore!
        Bizzzz

        Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Alain loisobleu

      Je ne parle pas de gérer l’amour mais les départs, de faire de la tristesse fort comprehensible de la séparation une force, un rebond, un bonheur en quelque sorte qui nous accompagnera… mais surtout pas oublier (je parle des amours sans violences évidemment).

      Je fonctionne ainsi et aucun Sentiment passé n’est laissé sur le chemin.

      Merci pour ta réaction.
      Belle journée ☺

      J'aime

      1. J’avais bien compris Michèle, mais le mot « gérer » rejoint sans que je le cherche se coller à celui de « produit » avec un autre sens que celui qui fut premier. Trop d’humanité en moi me laisse en refus de mal bouffe en tous sens.
        Ne t’inquiètes pas si je reprends au 3°degré (pour tout le monde, pas spécialement pour toi) ce que je lis.
        C’est sans intention d’opposition.
        Je t’embrasse. Bonne journée.

        Aimé par 1 personne

        1. Je te lis assez souvent pour me rendre compte de ton aisance avec les mots. Je reconnais que le verbe était mal choisi mais je n’en avais pas d’autre sur mon étagère intérieure… c’est un comble pour quelqu’un qui aime tant jouer avec les mots 😀
          Je te remercie quand même d’être repassé ☺

          J'aime

  15. Alors pour être très honnête avec toi je n’ai jamais eu à gérer un départ, je fais partie du 1% restant donc il m’est impossible de répondre à ta question ! Mon mari et moi sommes ensemble depuis plus de 33 ans, il a été le premier … et j’espère qu’il sera le dernier … Et nous n’avons pas de secret …
    Belle journée, bisous !
    Cathy

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Cathy
      Je n’avais pas menti ☺ C’est une admiration sans bornes pour les histoires d’amour pérenne (je parle d’amour, pas de confort tu l’auras compris.
      Bravo et longue vie à vous deux.
      Passe une belle journée ❤
      Bisous

      J'aime

      1. J’avais bien compris Michèle ! 😉 Mais tu sais nous n’avons  » que  » 55 ans et on ne peut pas savoir de quoi l’avenir sera fait, il ne faut jamais jurer de rien !
        Belle journée, bisous !
        Cathy

        Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Gyslaine,
      Gérer n’est pas le mot approprié mais je n’avais que celui-là sur l’étagère si je peux dire ☺
      Personnellement j’essaie toujiurs de changer le négatif en positif. Est-ce plus confortable ? Je l’ignore mais les souvenirs sont des pépites pour l’écriture ☺
      Je te souhaite une bonne journée
      Bises

      Aimé par 1 personne

  16. Je suis assez forte et j’essaie de ne pas causer des souffrances inutiles ni de rependre autour moi du chagrin. Ça fait mal au coeur, mais je dois l’admettre : certains amours, certains rêves ne se réaliseront jamais. Le depart alors je ne peux que l’accepter et avancer. Il me restera le souvenir …Le magnifique souvenir !

    Aimé par 1 personne

Un petit mot fait toujours plaisir. Les commentaires sont soumis à modération

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :