Méli-mélo n° 21

wp-15084841101291431589011.jpeg
Rentrer au port, sur soi, dans sa bulle…
wp-1508484176673-1463354945.jpeg
Il faut faire tourner le moulin lorsque le vent souffle
wp-1508484252056838945081.jpeg
« À la fin elle ne l’avait plus vu, le port s’était effacé, et puis la Terre. Une nuit au cours de la traversée de l’océan indien il s’était produit dans le grand salon du pont principal, l’éclatement d’une valse de Chopin. Il n’y avait pas un souffle de vent et cette nuit là, la musique s’était répandue partout dans le paquebot noir comme une injonction du ciel, comme un ordre de dieu donc on ignorait la teneur. Elle avait pleuré parce qu’elle avait pensé à cet homme de Cholong, son amant, et elle n’avait pas été sûre tout à coup de ne pas l’avoir aimé d’un amour qu’elle n’avait pas vu, parce qu’il s’était perdu dans l’histoire comme de l’eau dans le sable et qu’elle le retrouvait seulement maintenant, à cet instant de la musique, jetée à travers la mer. » Du film L’amant ❤ 

 

wp-150848430049715963775.jpeg
« Un geste, un regard, une présence et un mot de soutien, Un battement de coeur, une fleur, un chagrin, La sympathie exprimée, les larmes versées, Ces marques d’amitiés qui furent témoignés, Nous ont apporté des instants de réconfort, Pour supporter un peu la douleur de sa mort. Ce partage d’émotions, ces coeurs à l’unisson, C’est de tout cela que nous vous remercions. » Alain Leblay.
wp-1508484567669-413329610.jpeg
« Ma vie, maintenant, n’est plus faite que de rêves et de chuchotements. » Les fils des ténèbres de Dan Simmons
wp-15084846506071784925533.jpeg
« Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune. » Proverbe chinois ☺

 

 Que votre journée vous sourie

 

❤❤❤

 

 

Publicités

De l’or à Lautrec

wp-1509120151685-1689938505.jpeg

Hello, coucou, bonjour

Étrange de montrer une feuille d’or et d’avoir noté en titre « De l’or à Lautrec », village médiéval du Tarn où je suis allée me balader le 26 octobre par un temps d’une bonté exceptionnelle. Bien évidemment, j’ai fait quelques photos du village mais il en existe tellement sur les blogs comme ceux de Cathy et de Nell ou ici ou encore que j’ai préféré le regarder par le petit bout de la lorgnette. Ceci dit, la feuille d’or est bien de Lautrec. Et vous aurez droit à un diaporama réalisé avec quelques photos du village.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce que j’ai apprécié également c’est le paysage depuis le chemin botanique tout en haut, là où il y a le moulin (quoi quoi quoi un moulin ?) ☺

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le moulin de Lautrec, une petite merveille. Il était déjà là en 1396

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’atelier du sabotier… Personnage haut en couleurs m’a-t-on dit à l’office du tourisme mais l’atelier était fermé.

wp-1509120179691-45001209.jpeg

La belle et le laid…

wp-1509120178611-1392372170.jpeg

La collégiale Saint-Remy

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La porte de la Caussade. (13e siècle)

Vestiges des fortifications et d’une des huit portes fortifiées qui contrôlaient les entrées de Lautrec au Moyen-âge.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un peu du village, maisons à colombages, place centrale, jardin de l’office du tourisme, etc…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 et…

wp-1509120161128-274710815.jpeg
Un cavalier qui marche sur les fortifications
wp-1509120175119-1927649462.jpeg
Le calvaire, au-dessus du moulin

Un lavoir en contre-bas

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et comme il faut repartir, l’automne et ses ors… encore

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Mes excuses pour la longueur et le temps de chargement un peu long.

 

❤❤❤

 

 

J’ai lu Illusions Fatales de Rachel Abbott

wp-image--217302800

 

 

Un livre fort en émotions sur fond d’enquête policière (j’aime bien) mais au delà de ça on comprend le mécanisme d’un pervers  narcissique manipulateur… Certains passages prennent aux tripes tant on peut s’identifier aux personnes qui sont les proies de ces détraqués.

 

4e de couverture

 

Lord Hugo Fletcher a été assassiné. Aux yeux du public, c’était un bienfaiteur. Pour quelques-uns dont sa veuve, son vrai visage était tout autre…

Hugo Fletcher a été retrouvé mort nu et attaché à son lit. Un crime bien sulfureux pour le président de l’association Allium : cette dernière porte secours aux victimes de l’esclavage sexuel.

Lorsque l’inspecteur Tom Douglas rencontre Laura, la veuve d’Hugo, il est immédiatement troublé par cette femme belle et mystérieuse.

Pourquoi Tom est-il persuadé qu’elle cache de terribles secrets ? Peut-être l’insoutenable vérité sur Lord Fletcher ?

 

***

 

Un livre à lire.

 

 

❤❤❤

 

 

J’ai lu Ressac Mortel de A. J. Waines

wp-image--320287039

 

 

Les petits jours et les grandes nuits des saisons froides sont propices à l’évasion par les livres et, pour ne pas trop délaisser le blog, je partage mes lectures avec vous. Je n’ai aucune prétention à la critique donc je me contenterai de vous livrer mon ressenti, en toute simplicité.

 

4e de couverture

 

Un mystérieux message au milieu de la nuit, un rdv au pied d’un pont de Londres, un cadavre… Pour Juliet, le cauchemar vient de commencer.

A Londres, Juliet reçoit un étrange texto l’invitant à se rendre au pont de Hammersmith. Là, le cadavre d’une jeune femme vient d’être repêché. Sur son corps, des vêtements que Juliet ne reconnaît que trop bien les siens…

Peu après un second texto un indice indiquant un pont… Une autre victime. Et encore une fois, un objet appartenant à Juliet.

Pour le jeune inspecteur Brad Madison, aucun doute, Londres compte un nouveau tueur en série, et celui-ci semble tout savoir sur Juliet.

Quel lien existe-t-il entre le meurtrier et la jeune femme ? Est-elle en danger ?

 

Mon ressenti

 

Je trouve l’intrigue bien ficelée qui nous tient bien en haleine jusqu’au bout mais je trouve le dénouement bien trop longuet comme si l’auteur l’avait cherché longtemps…

Un polar que je conseille même aux âmes sensibles.

 

❤❤❤

 

Méli-mélo n° 19 : souvenirs du temps d’avant

Automne 2017 sur la rivière Agoût depuis le jardin du Plô à Lavaur dans le Tarn
13 mars 2014 alligator bay beauvoir près du mont st michel 0731227197302..jpg
Attention il guette : à Alligator Bay dans la Manche
12 mai 2015 - sigean et port la nouvelle 019487896570..jpg
Insolite et sympa à Sigean dans l’Aude

 

Pas de blabla aujourd’hui ☺

Passez une belle semaine.

 

❤❤❤

 

 

J’ai lu L’homme qui venait de nulle part de Penelope Williamson

wp-image--1905019018

 

Au-delà des différences

Et s’ébranla la foi quand le diable surgit
Dans la communauté des Justes d’Amérique ;
Un diable au regard bleu, un « Englisher » cynique,
Froid et calculateur qu’une balle affaiblit.

Gisant sur le chemin, dans une mare de sang,
Il trouve son salut grâce à la bienveillance
D’une veuve jolie, troublée dans sa croyance
Qui interdit le toit au nomade incroyant.

Johnny, Johnny Caïn*, armé jusques aux dents,
Tueur de profession, le doigt sur la gâchette
Le jour comme la nuit, apprécie  la fermette,
Rachel et son fils Ben, sans renier ses penchants.

Contre l’avis de tous, n’écoutant que son cœur,
Malmenée par sa foi aux privations drastiques,
Fustigée par ses pairs, réfutant ces pratiques,
Elle embauche Johnny pour l’aider au labeur…

* Ça ne s’invente pas ☺️

© Michèle B
Sept 2017
Tous droits réservés

♥️♥️♥️

 

L’histoire, c’est dans le livre que vous la vivrez ☺️

Si vous aimez vous évader, si vous plébiscitez les livres d’aventures agrémentées d’un zeste de romance avec en toile de fond d’incroyables paysages, n’hésitez pas à vous procurer cet ouvrage…

 

♥️♥️♥️

 

A l’ambre des lumières 

 

wp-15074404800211004347217.jpeg

 

À l’ambre des lumières 



Quand l’ombre sur les murs dessine tes silences,
Tes rêves cabossés par la vie qui te fuit
¬ Fatales Illusions de l’amour éconduit ¬
Se perdent dans la nuit en larmes et souffrances.

Tu te brûles les yeux à l’ambre des lumières
D’immobiles bougies au souffle retenu,
L’espoir de te bercer au frémissement nu
De l’amour ondulant ses ardeurs singulières.

Dans l’ambiance feutrée des soirs de lassitude,
Tu respires ses mots, son chant et son parfum,
Tu désires sa voix qui murmure la faim
De ses doigts sur ta peau jusqu’à l’infinitude.

Vacillent dans le noir les éclats de sa flamme
Et dansent sur les murs sa générosité,
Son audace de cœur et son humanité
Le temps de partager sa noblesse de l’âme.



©Michèle B.
8 octobre 2017
Tous droits réservés

 


Hommage à Patrick, un homme un peu Vieille France dans ses mots où le vouvoiement se faisait Majuscule, un homme qui s’est envolé vers le pays d’où on ne revient jamais laissant orpheline une amie qui l’aimait beaucoup