L’Adagio d’Albinoni n’est pas de Tomaso


 

L’adagio d’Albinoni… Une merveille pour mon cœur et mon oreille musicienne.

D’aucuns trouveront ce morceau déprimant, voire à la limite d’inviter au suicide (hein celle qui se reconnaîtra ☺️)
Pour moi, même si les notes sont teintées de mélancolie, elles mènent à l’intériorisation, m’invitent à entrer dans cette bulle que j’affectionne pour fuir les bruits assourdissants de toutes sortes et me permettre d’être tout-à-fait moi, sans le masque que la vie nous impose parfois de porter.
Cet adagio est une pulsation du cœur, une respiration dont j’ai besoin, dont je me nourris  aussi et l’interprétation de ce violoncelliste dont je découvre le talent me remue les tripes, vient me chercher sur le terrain de l’émotion dont j’ai particulièrement besoin en ce moment. 

Mais au fait, saviez-vous que ce magnifique adagio d’Albinoni n’est pas de lui ?

C’est Remo Gazotto, musicologue du 20e siècle, qui ressuscite le compositeur de la fin du 17e siècle.
« Tous ces sons de Venise, mais aussi la musique qu’il entend à l’église, l’orgue, les violons qui gazouillent, les voix qui s’envolent…: Tomaso Albinoni demande un jour à étudier la musique. »
Pourtant promis à reprendre la succession de l’usine de papier après la mort de son père, c’est son violon que Tomaso court retrouver dans ses moments libres.
Quand son père décède, il laisse l’entreprise familiale à ses frères cadets pour se consacrer entièrement à sa musique. Grand bien lui prit.

Il compose pas moins de 80 opéras dont la musique berçait les oreilles vénitiennes mais aussi européennes.
En février 1945, 70 de ses partitions furent détruites dans un bombardement, irrémédiablement perdues puisqu’elles n’avaient jamais été publiées.
« Il compose aussi une trentaine de cantates (dont une seule a été publiée, à Amsterdam en 1701, pour ses 30 ans) et de nombreuses œuvres instrumentales, des sonates, des «sinfonias», des concertos, connus aujourd’hui parce qu’ils ont été publiés, eux, à Venise ou à Amsterdam. Et parmi ces œuvres, un adagio? Oui, sans doute, et même plusieurs… mais en aucune manière celui qui porte son nom. Pourtant, ce type de morceau (un mouvement lent de sonate ou de concerto) foisonne dans son œuvre. Mais pas de trace de celui que l’on appelle couramment l’«Adagio d’Albinoni»… »
C’est donc Remo Gazotto, passionné par l’œuvre d’Albinoni, qui se mit à fouiller les cendres de la bibliothèque détruite de Dresde. 
« on le sait, la passion est un formidable moteur : s’orientant difficilement entre les gravats qui jonchent les rues, Remo Giazotto retrouve la fameuse bibliothèque et, à partir de documents d’archives qu’il s’est procuré, il parvient à en reconstituer le plan. Se faufilant entre les murs encore debout, les excavations, les pierres entassées maladroitement par les premiers sauveteurs, il se dirige vers ce qui a dû être la salle des manuscrits où il croit pouvoir retrouver le trésor convoité, les partitions des opéras d’Albinoni. Hélas, l’odeur entêtante des cendres refroidies, les pierres calcinées, les tas de suie noire dans lesquels il patauge le désespèrent. Il comprend peu à peu que tout a brûlé, que tout a disparu, que tout est perdu. »

Que se passe-t-il alors ?

« Giazotto racontera plus tard que, fouillant avidement ces ruines, il aurait retrouvé un manuscrit, un feuillet qu’il aurait identifié comme un fragment d’une sonate d’église appartenant à l’opus 4 d’Albinoni, datant de 1708. Ce fragment aurait contenu en tout et pour tout une base chiffrée ainsi que l’amorce sur quelques mesures d’une ligne de violon qui pourrait être l’esquisse d’un mouvement lent de cette sonate d’église d’Albinoni… Beaucoup de conditionnels donc pour un document… que Remo Giazotto se refusera constamment à produire ! »
Remo Gazotto dès son retour en Italie va composer cet Adagio en sol mineur pour cordes et orgue en l’attribuant à Albinoni.
Et on connaît la répercussion de cet Adagio dans la musique… un chef d’oeuvre ☺
Ceci dit Remo Gazotto est mort en 1998 et son adagio ne tombera dans le domaine public qu’en 2068… C’est à savoir ☺️
Toutes les citations sont tirées du sympathique article de Alain Duault, paru dans le Figaro le 29 juillet 2011
Publicités

38 commentaires sur “L’Adagio d’Albinoni n’est pas de Tomaso

Ajouter un commentaire

  1. J’adore moi aussi !!! merci pour cette info, mais respectons Remo Gazotto pour avoir conservé le nom d’Albinoni qui est sûrement à la naissance de cette oeuvre… 🙂
    Comme toi, je ne peux vivre sans musique et sans les mots des livres. Bonne fin de journée. Bises 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou bonjour 🤝
      J’ai creusé l’information tout simplement… Quand un morceau me plaît j’aime en connaître un maximum.
      J’espère que l’estomac se remet de ces débordements pantagruéliques des traditionnelles fin d’année.
      Passe une belle journée
      Biz

      Aimé par 1 personne

  2. Je reconnais ne pas aimer la musique classique donc il ne m’est pas facile d’en parler ! Il n’empêche que je ne trouve pas ça déprimant du tout, pour moi ce serait en effet plutôt mélancolique, ce qui te sied à merveille Michèle !
    Belle soirée, bisous !
    Cathy

    Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir Michèle,
    Hum délice, c’est le morceau qui m’a emmené au classique, quelle beauté, quel délice que de l’entendre, je ne m’en lasse. J’ai la même vision que vous sur ce morceau, il n’est pas triste, il est d’une beauté rare 😉 J’adore aussi Air on the G Spring de Bach…hum…
    Merci pour toutes infos, je découvre totalement et cette interprétation, superbe !
    Doux et reposant week-end à vous Michèle !
    🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour et merci Fanfan
      Comme je le disais (je crois) que ce morceau m’a donné environ d’apprendre le violoncelle mais je n’avais pas l’oreille assez juste, assez fine et j’ai abandonné au bout d’une année pour reprendre ma flûte traversière plus à l’aise avec les instruments à vent.
      J’ai pris plaisir à réécouter Air on G Spring… Il y a du beau, du grand en musique classique !
      Belle journée ☺️

      J'aime

  4. Bonjour Michèle,
    Tout d’abord je te souhaite une belle année 2018, qu’elle t’apporte de la joie, du bonheur et surtout l’essentiel, La SANTE.
    Cet adagio éveille en moi tellement de sentiments passants par tous les états que l’on puisse imaginer.
    Je l’écoute souvent en écrivant, et oui pas seulement que pour des choses que l’on aimerait entendre ou vivre, c’est comme ça !
    Je l’adore, c’est une perle rare, un joyaux !!!
    Tu as inspiré ma matinée brumeuse…
    Je t’embrasse mon amie Michèle.
    Bon WE.
    Tony

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Tony et tous mes meilleurs vœux en retour.
      Oui, l’essentiel est là santé car quand tu l’as tu peux donner corps à tes envies, rien ne t’arrête dans ta quête du Bonheur.
      Quant à l’adagio, cette merveille d’émotions…
      Je te souhaite une bonne journée ☺️
      Bises

      Aimé par 1 personne

  5. ….Un moment magique ❤ Merci Michèle d’avoir offert cet Adagio connu musicalement mais pas forcément côté  » historique  »
    Je te souhaite une belle fin de semaine, sans tempête si possible 😉
    Avec mes pensées amicales .

    Aimé par 2 people

    1. Je te rejoins Pierrette
      Il y a des périodes où je peux l’écouter quasi en boucle… La magie et l’émotion au bord des yeux sont palpables dès la première note.
      Passe une belle journée
      Bisous ♥️

      J'aime

  6. Bonjour Michèle. Qu’il soit ou pas d’Albinoni, cet adagio est une pure merveille. Je l’ai joué à l’orgue tant et tant de fois que dans ma tête pendant que je t’écris je vois les touches bouger toutes seules (je me souviens de chaque note et mes doigts le jouent comme ça, sur du vide). Je ne trouve pas que cet adagio soit triste, bien au contraire, pour moi il évoque un matin quand le jour se lève et que la nature s’éveille. On l’a beaucoup entendu certes mais je ne m’en suis jamais lassée. Bon w-e à toi

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Marie,
      Je te remercie et personnellement c’est ce morceau qui m’avait donné envie d’essayer le violoncelle en même temps que le solfège et la flûte traversière mais la précision du son était une catastrophe… J’étais irrémédiablement faite pour les instruments à vent 😘

      Passe une très belle journée ☺️

      J'aime

Un petit mot fait toujours plaisir et, d'avance, je vous en remercie. ❤

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :