Pourquoi je n’écris plus… ou presque

Pourquoi tu n’écris plus ? Combien de fois ai-je entendu cette question. Je répondais de manière laconique que je n’y trouvais plus d’attrait. Mais j’ai décidé d’être honnête avec vous, de vous raconter la véritable histoire de cette page blanche.

Comme certains le savent, j’ai beaucoup écrit, appris la composition « métronomique » de la poésie, toutes ces formes fixes de jadis, décriées par les officionados de la poésie moderne, dite libre ; ces sarcasmes ne m’ont jamais atteinte car je les admirais et les admire toujours pour la poésie et l’émotion qu’ils savent transmettre à leurs lecteurs ; je parle des « vrais », ceux qui la pratiquent comme la pratiquent les poètes qui ont cette facilité de nous transporter dans un autre monde.

Pourquoi je vous dis cà ? Parce que je ne suis pas poète (poétesse puisqu’il existe un féminin), je compose.

Revenons à l’objet de ce message… je voudrais adresser mes remerciements à une plume, mais pas n’importe laquelle…

Il est des rencontres improbables. Leur richesse et leur beauté vous remuent, vous changent la vie et la vision du monde et des sentiments.

C’était au début des années 2000… il n’y avait pas de blogs encore mais on pouvait construire un site en utilisant le html et le javascript… Je me suis lancée à coeur et à corps perdu dans cet apprentissage. Mais pour y mettre quoi ? Comme j’avais un logiciel photos je faisais des montages. En même temps, j’entretenais une correspondance amicale avec un authentique Iroquois qui me dit un jour : tu devrais écrire de la poésie. Je suis partie dans un grand éclat de rire 😃😂😄 ; de fil en aiguilles, je rejoignais un groupe de poètes. Ne voulant pas décevoir, j’écrivais de petites choses ; jamais je ne recevais de critiques et les encouragements me rassuraient petit à petit. Au bout de quelques temps, le groupe s’est éteint, s’est envolé vers d’autres cieux internautiques, je n’ai pas suivi. Cependant, je continuais à écrire, mes petits poèmes alimentant mes photo-montages sur mon site jusqu’au jour où j’ai reçu mon premier visiteur, mon premier commentateur…

En guise de commentaire, après quelques mots sympathiques, il déposait un poème douloureux. J’ai pris une claque comme on dit tant l’émotion était palpable à chaque mot. Une belle leçon de poésie.

De mots en mots, de confidences en confidences, notre amitié poétique se transformait en amitié spéciale, en une osmose incroyablement productive, riche de tout ce que nous étions. Nous avions trouvé en l’autre notre source d’inspiration, notre muse, notre plume-soeur… jusqu’à l’inspiration stérile…

J’ai refermé l’encrier et il m’est extrêmement difficile, désormais, de retrouver mes élans poétiques ; j’ai besoin de passion, de sentiments contradictoires pour avoir envie d’avoir envie.

Par ce long message, je voulais expliquer pourquoi j’ai perdu l’envie d’écrire, entre autres considérations plus personnelles, et surtout pour remercier ma plume-soeur pour tout ce qu’elle a su m’apporter, me donner, m’apprendre….

Mes amitiés

28 commentaires sur “Pourquoi je n’écris plus… ou presque

Ajouter un commentaire

    1. Petit à petit je me suis habituée à multiplier les muses (en tout bien tout honneur cela va de soi) et j’use et j’abuse des souvenirs et surtout du vécu d’autres… il ne faut jamais oublier qu’une poésie n’est pas le reflet de la vie de son auteur et fort heureusement d’ailleurs ☺
      Merci Gyslaine d’être passée par ici.
      Mes bises

      Aimé par 1 personne

  1. J’ai lu votre histoire Michèle et je vous comprends, j’ai perdu un peu le goût et l’envie de faire des photos…il faut laisser le temps au temps mais j’ai vu que vous aviez repris la plume…Christine,une femme en souffrance qui a trouvé une raison de vivre dans la photo.Amitiés

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Christine et bienvenue.

      Je vous remercie pour votre compréhension et qui peut mieux comprendre qu’une personne qui vit ou a vécu ces blancs dans l’envie.

      J’ai repris la plume mais lecriture n’est pas spontanée… je me force, je me secoue…

      Au plaisir de l’échange ici ou ailleurs 😊

      J'aime

  2. Profondément touchée par ton histoire. L’écriture, ça reviendra…
    Pffiou, les larmes me montent… mais ne t’inquiète pas, ces larmes-là, elles sont dues à l’émotion justement. Je comprends, tu sais. Ben oui, je comprends…. Tellement! Et pour cause.
    Je dois reprendre jusqu’à 17h30. A plus tard. Bisous.

    Aimé par 1 personne

  3. Vous êtes juste en pause, en hibernation poétique. On sent battre l’espoir, malgré vous: invitant. Même ce que vous écrivez aujourd’hui est une forme de poésie. Ce sera plus fort que votre déception et votre amertume. Votre SOS, qu’il ait une réponse, celle que vous attendez ou non, prouve que l’énergie, la vitalité sont là. Elle se cristallisera de nouveau sur cette personne ou sur une autre. Si es la vida. Adelante!

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour et bienvenue maître Renard

      Grâce à l’élan exceptionnel de solidarité et de compassion reçu ici même, grâce aux mots et à la gentillesse des participants, j’ai repris la plume… un peu mais l’envie est là.

      Vous en faites partie et votre énergie me conforte dans cette nécessité de partager.

      Excellent week-end à vous et tous mes remerciements.

      J'aime

  4. Oh! Michelle ta lettre m’a particulièrement touché. Je ne savais pas que tu avais fait un tel parcours et ce devait être une belle et passionnante aventure même si elle était dure à arrêter. J’en vis presque la même, étant presque dans les mêmes conditions sans exagérer, je ne trouve plus la motivation ni l’envie d’écrire si je ne suis pas fouetté^^, hi!hi! enfin si je ne sens pas des palpitations fortes faire vibrer mon coeur. Ta lettre m’aidera à accepter ma route plus facilement. je t’embrasse Michelle.

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour bizak,
      J’avais un peu deviné dans certaines de tes réponses à commentaires sur ton blog que tu vivais quelque chose de difficile ☺
      Je crois que beaucoup de poètes ou auteurs ont besoin de ce coup de fouet comme tu dis, ont besoin d’une muse pour que s’expriment tous les sentiments vibrants…. parfois, on assimile trop cela à la réalité… un tort.

      De toute façon il faut continuer à vivre sans et trouver un autre terrain de jeu comme la nature, l’humanité et ses travers…
      Courage, les mots reviendront
      Belle fin de journée
      Mes bises l’ami

      J'aime

  5. Un dernier mot pour ce soir : T’as planché sur ton sujet, étudié des textes littéraires, remis mille fois ton travail sur ton ouvrage, de mon côté j’ai aussi étudié ma partie, appris le reglage des objectifs, les reglages des lumières, planché sur le carré inverse de la distance….etc….Nous avons une LEGITIMITE, Michèle, nous somme LEGITIMES en que nous faisons…Dis toi bien ça……Bye…..

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Michèle
    … il y a bien des années j’ai eu un blog à textes que les gens appréciaient énormément. J’ecrivais des histoires absolument irréelles et d’autres qui mêlaient fiction à réalité.
    Un jour j’ai appuyé sur le bouton (delate) pour le blog, car écrire dans la douleur me faisait de plus en plus de mal que de bien.
    Dans ta situation qui était différente (mais tu utilises de bien jolis mots pour cela, je peux te comprendre .

    Aimé par 1 personne

Un petit mot fait toujours plaisir. Les commentaires sont soumis à modération

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :